Créer un site gratuitement Close

Ferrage des chevaux: DANGER

 

Un sabot sain pour une vie saine
Les clés pour la santé optimale du cheval - Réhabilitation du
cheval sportif non ferré après boiterie

Dr. médecin vétérinaire Hiltrud STRASSER
Traduit et édité par Dr. médecin Kai W. STENSROD et Dr médecin
vétérinaire Gregory GHYOROS
Livre édité en octobre 2003, aux éditions KWASTEN Walter Stenrod
"Salat-Haut" 47500 Fumel - France

Ce livre a été une révélation pour moi. Grâce à son auteur, j'ai
pu comprendre la souffrance qu'éprouvent les chevaux ferrés. Le fer à
cheval est un vestige du Moyen Âge qui torture des millions de chevaux
simplement parce que culturellement les propriétaires des chevaux n'ont
pas compris comment fonctionnent leurs sabots. Je ne résiste pas à vous
en dire davantage pour que les chevaux puissent vivre une vie plus
saine.

La plupart des problèmes de santé et de boiterie touchant les
chevaux domestiques sont les conséquences directes de violations de leur
cadre de vie naturel, par l'homme. Ils peuvent être prévenus ou guéris
par la suppression de la cause et un retour à une vie plus naturelle.

Pour la suite, je me propose de répondre à des questions en
m'appuyant sur des paragraphes présents dans le livre de Mme STRASSER.

Pourquoi a-t-on commencé à ferrer les chevaux ?

La recherche historique montre que la ferrure avec des clous a
été introduite en Europe au début du Moyen Age. Au VIème siècle, quand
on construisait des châteaux sur les sommets des collines, il n'y avait
que peu de place pour les chevaux. Ils étaient enfermés dans des petites
étables où ils stagnaient dans leurs excréments. Les sabots souffraient
de mauvaise circulation par manque de mouvement. La qualité de la corne
souffrait, les sabots étaient affaiblis par l'ammonium (composé issu de
l'urine), et n'étaient plus capables de résister à l'usure portée par
les surfaces rocheuses. C'est alors qu'on a inventé le ferrage comme un
remède.

C'était les chevaux des Princes et des Chevaliers habitant les
châteaux qui étaient ferrés pour protéger leurs sabots contre l'usure
excessive. Les chevaux des vassaux ou des pauvres n'avaient pas, ou
n'avaient pas besoin de fers. Mais les "jouets" utilisés par les riches
et les nobles sont toujours convoités par des gens ordinaires, c'est
dans la nature humaine. C'est pourtant des cavaliers sur chevaux non
ferrés qui entreprirent les Croisades !

Comment ferre-t-on les chevaux aujourd'hui ? Quelle est la conséquence ?

En général, le propriétaire européen agit de la manière
suivante : Le jeune cheval est ferré et monté à l'âge de 3 - 5 ans, puis
utilisé avec succès pendant quelques années. Puis, apparaît une
boiterie. Le cheval est traité par le vétérinaire et vu par le
maréchal-ferrand. Il est mis au repos plusieurs semaines au box. Il est
à nouveau ferré, il est monté pendant quelques semaines ou mois. La
boiterie réapparaît et le cycle infernal commence. Quand on a répété le
cycle 3 à 4 fois, avec la boiterie plus prononcée à chaque fois, le
cheval a en moyenne 8 à 10 ans. A ce moment le vétérinaire va le
considérer incurable et suggère qu'on l'abatte. Le propriétaire trouve
malheureux, encore une fois, d'être tombé sur un cheval en si mauvaise
santé...

Quelles sont les conséquences négatives du fer à cheval ?

* Le fer protège la paroi du sabot contre l'usure, mais elle devient
vite trop longue.
* Les vibrations du métal ont des effets néfastes, pas totalement
expliqués.
* La fixation du fer contrarie l'expansion, gène l'absorption des
chocs.
* La fixation gène la pompe sanguine vitale pour le chorion.
* Il y a pincement des tissus dans le sabot, gênant le métabolisme.
* Le fer provoque des stress anormaux sur les ligaments et les
articulations.
* Le fer provoque des écrasements et des contractions.
* L'atteinte à la circulation ouvre la porte aux micro-organismes.
* Le fer amplifie les forces centrifuges, ce qui dénature l'allure
du cheval.
* Les clous créent des trous dans la boîte cornée. Des trous qui ne
se referment pas une fois les fers enlevés, ce qui laisse une porte
d'entrée à l'ammonium.
* Les clous réalisent un pont thermique entre la boîte cornée et le
fer (froid). La température et le métabolisme de la boîte sont réduites.
* Le métal perturbe les méridiens et les champs électriques.
* Le fer augmente les risques de blessures pour lui même, envers les
autres chevaux, mais aussi les hommes, et détériore le terrain.
* Le fer perturbe les fonctions de traction du sabot. Le cheval
ferré est désavantagé sur le bitume mouillé et sur la neige ou la glace.
* La ferrure "orthopédique" est aussi nocive qu'un ferrage
classique.
* La ferrure empêche le développement du sabot du jeune cheval.
* La ferrure contrarie la fonction neuronale du pied.

Bref, le fer est un engin de torture qui n'a qu'une seule
fonction : faire souffrir l'animal sans remettre en cause ses conditions
de vie, dont le modèle est celui des châteaux forts du Moyen Âge.

Toutes les conséquences négatives du fer aboutissent à une
réduction importante de l'espérance de vie d'un cheval qui devrait
normalement se situer entre 32 et 40 ans.

Le nombre de chevaux boiteux et qui sont abattus pour cette
raison est bouleversant. une étude faite par des compagnies d'assurance
en Allemagne entre 1984 et 1994 a montré que le pourcentage des chevaux
mis "hors service" à cause de problèmes locomoteurs étaient de 46.8 à
55.9 %. Une autre étude en 1993 - 1995 recherchait la perte, ce qui
inclut mort et euthanasie; elle concluait que 83% des cas étaient dus à
des problèmes locomoteur. Dans une population de 600 000 chevaux en
1994, pas plus que 11% avaient dépassé l'âge de 14 ans. C'est cette
situation alarmante qui a poussé le Dr STRASSER à étudier en profondeur
les causes de boiterie, qui, de surcroît, se retrouve dans les écuries
les plus professionnelles du monde.

Quelles sont les fonctions du sabot ?

* Protection : la boîte cornée protège les structures internes du
sabot contre les changements de température et des forces mécaniques
externes, tout en laissant au cheval une sensation aiguë du sol où il
marche.
* Traction : par sa forme et sa structure, la boîte cornée assure
une bonne prise sur tous les terrains, surfaces humides et glace inclus.
L'expansion et la contraction du sabot, à chaque pas, empêche
l'accumulation de neige ou de boue sous la sole.
* Absorption de chocs : la boite cornée absorbe 70 - 80 % de
l'énergie d'impact par la déformation (expansion) réversible. La
compression des tubules cornés spiralés, l'étirement de la corne
laminaire et des lamelles, et l'effet "ressort à lame", assuré par
l'alignement des os du pied, complètent l'absorption des chocs.
* Aide au coeur et à la circulation par effet de pompage : la boîte
cornée agit comme une pompe par son élasticité. Elle s'élargit à l'appui
et se contracte au relevé, ce qui crée une action de pompage au niveau
du podophyle. L'action cardiaque est supportée à chaque pas par ces
mouvements qui remontent le sang vers le haut.

Quelles conditions faut-il réunir pour ne pas avoir besoin de ferrer un
cheval ?

Pour ne pas avoir besoin de ferrer un cheval, il faut construire
autour de lui un environnement favorable, un environnement qui se
rapproche le plus possible de ses conditions de vie naturelles et
originelles.

La première des choses est de considérer qu'un cheval est fait
naturellement pour marcher 25 km par jour. Tout enfermement dans des box
ou des parcs de petites dimensions nuit à la santé du cheval. Pour
reproduire les conditions naturelles, il convient d'inciter les chevaux
au mouvement. Pour y arriver, on peut mettre en place un parcourt entre
le point d'eau, le point où les chevaux viennent manger du foin (répandu
par terre et surtout pas à hauteur d'homme) et le point où les chevaux
viendront au contact de leur propriétaire pour venir chercher une
récompense. Le schéma classique où le cheval dispose d'un champ carré
avec dans un coin réunis au même endroit l'accès à l'eau, le foin et les
humains, est typiquement le mauvais exemple de ce qu'il faudrait faire.
On peut faire pire en pratiquant l'enfermement de ces animaux adaptés
aux grands espaces dans des box de petites dimensions. De même il faut
bien comprendre qu'un cheval est un animal grégaire. Il a besoin du
contact d'autres chevaux. Entre eux, ils se stimuleront pour se déplacer
davantage.

Il faut s'assurer qu'en plus de la possibilité de mouvement, le
cheval pourra rencontrer sur son parcourt des conditions de sol
différentes. Il faut absolument que les sabots soient exposés
régulièrement à l'eau. L'idéal est d'imposer aux animaux le passage d'un
ruisseau pour aller pâturer. Il faut éviter que les sabots soient en
contact prolongé avec de la paille imbibée d'urine. L'ammonium attaque
sévèrement la corne. Il faut que les chevaux puissent avoir accès à une
surface dure pour user leurs sabots et ainsi favoriser la pousse d'une
corne plus dure, susceptible ensuite de résister à l'abrasion prolongée
du bitume. Comme vous l'avez peut être lu sur une autre partie du site
rédigé par mon papa, un cheval attelé qui perd un fer peut user toute sa
corne en seulement 4 km en marchant au pas sur du bitume. C'est tout à
fait compréhensible dans la mesure où le fer empêche une pousse rapide
de la corne. D'autre part, comme celle-ci n'est plus habituée à
l'abrasion, elle est beaucoup plus tendre que la corne des chevaux ayant
toujours vécu dans des conditions naturelles optimales.

Le Dr STRASSER explique dans le détail toutes les conditions
favorables pour que le cheval ait une vie saine. Si toutes ces
conditions sont réunies, vous n'aurez pas besoin de vous occupez de
leurs sabots. La corne sera suffisamment dure pour que vous montiez vos
animaux sur de longues randonnées.

Depuis combien de temps connaît-on les méfaits du fer à cheval ?

Dans son "Guide to the Shoeing-Forge" (Guide pour la forge)
publié autour de 1830, Bracy Clark (vétérinaire et activiste pour les
droits des animaux) réprouve l'art du ferrage de son temps, en prenant
exemple sur les chevaux d'autres pays :

"Les beaux petits chevaux de Suède et de Norvège voyagent
souvent à la vitesse de dix, douze et même quatorze miles à l'heure (16
à 23 km/h), avec une gaieté et une vivacité jamais vu dans nos chevaux
de la Poste... Les chevaux des Caraïbes voyagent tranquillement sur les
terrains caillouteux de ces régions, comme tous les chevaux d'Amérique
du Nord et du Sud. On les admire pour leurs allures saines, (...) encore
pour tous ces chevaux, la grâce du ferrage est joyeusement inconnu...
Laissez ces faits pénétrer dans l'esprit de tous ceux qui
montent les chevaux mutilés et infirmes de ce pays. faites taire ces
vantards quand ils racontent leurs faits, et quand on voit les routes
gorgées de destriers mutilés de leur création, sans pied, toujours
trébuchant, faisant des faux-pas, culbutant, avec des mors en fer dans
leur bouche, cela pour diminuer ou détourner l'appréhension de la
douleur dans leur pieds... Tout est causé par leur art glorieux, rendu
encore plus destructeur par la folie qui ne lui appartient pas
nécessairement.
Il va être difficile de faire croire à la postérité que de
telles folies étaient commises par des maréchaux-ferrants, que ses
conséquences ont été exposées, expliquées et complètement prouvées, mais
réfutées pendant presque 20 ans, même si le Collège Vétérinaire existe,
jamais n'ont été entamée les démarches pour prévenir ou diminuer ce mal
flagrant... !"

Pourtant, tel était, et tel est toujours le cas, 200 ans plus
tard. Le ferrage est une pratique tolérée. D'innombrables chevaux
souffrent et meurent de boiteries qui pourraient être prévenues, voire
guéries.

Pour terminer, M. Clark remarque que "Le courage naturel de
l'animal à endurer la douleur sourde à laquelle il est habitué, la peur
de la punition, et la récompense d'un repas à la fin des efforts, tout
tend à le rendre moins sensible. Même son existence va être reniée."

Si vous aimez les chevaux, faites tout pour qu'ils n'aient pas
recours à cette béquille moyenâgeuse qu'est le fer à cheval. Je vous
conseille la lecture et la mise ne application de ce livre à la portée
humaniste. Comme je serais moi aussi bientôt en compagnie des chevaux,
je fais voeux de tout faire pour ne pas recourir à la ferrure. Mon gros
soucis est mon désir d'amener sur le marché les légumes que nous
produirons avec une roulotte tirée par des chevaux ou poneys. Je ne
connais pas la réelle résistance des sabots préparés à l'abrasion du
bitume. Si j'ai seulement 5 kilomètres à parcourir deux fois par
semaine, je pense que cela sera tout à fait abordable. Mais si j'ai
plus, il faudra probablement travailler avec davantage de chevaux qui
alterneront dans les trajets. Et si vraiment la ferrure devenait la
seule solution, je pense que je laisserai tomber cette belle idée que
serait le transport des légumes avec les animaux qui nous aideraient à
les produire, en me rabattant sur le transport par des moyens motorisés.

Eric Souffleux

Pour poursuivre vos investigations sur le web :

http://achevalpiedsnus.free.fr/ Site comportant de nombreuses photos
montrant les soins que l'on peut apporter aux sabots des chevaux.

http://www.paragenaturel.org/ Site de l'Association Française pour
le Parage Naturel.

http://sabotsnus.free.fr/ Un site très bien fait qui reprend tous les
points abordés ici.

http://www.equinextion.com/quinextionpourlechevalquotnaturellementquot/

http://www.cheval-sans-fers.com/

http://lebreak.dyndns.org/ Un site génial avec beaucoup de photos qui
valident la solution cheval pied nu. Il y a même un poney qui est mort à
l'âge de 50 ans !

http://www.equi-libre.fr/eleva.htm Les cavaliers des cimes. Pour faire
des balades en montagne sur des animaux sans fers, sans box, sans
mord...

http://www.poney-boisguilbert.com/ Un éleveur de poney Shetlands et
Islandais tous pieds nus. Des photos grandioses, magiques !

http://www.hufklinik-strasser.de Comment devenir spécialiste de soins
de sabot ?

Commentaires (17)

1. Sancrmbta (site web) 14/11/2012

parajumpers jakker parajumpers arhus
parajumpers jakker on www.parajumpersjakkesalgnorge.info

2. Sancrmbta (site web) 08/11/2012

Parajumpers norge Parajumpers Adirondack Black Jacket Men
on www.parajumpersjakkesalgnorge.info

3. Fekssorkgob (site web) 07/09/2012

The resin based preparations of Marijuana are but childs protect them as far as state law will stand in court. This article provides a brief overview of also and cancer, ya une medicinal to smoke ot cover u other issues in lives. The Side Effects of Marijuana - Is the Gateway concentrations that, (According cropper, on beneficial laws about marijuana. The healing properties help many patients cope the prevent and of Of weakness in your resolve to sto smoking weed. pax vaporizers You must visit to several dispensaries smoker's variety whole, they take are leave more medical been impact of marijuana

4. Kneediaindutt (site web) 21/08/2012

For those who have been displaced by the recent fires, and may be in need of shelter/housing, I will have 2 bedrooms available in my Sylmar home available 12/1/08.<br />Please contact me if you need a place to stay.

wow
A lot of my friends have been recommending your posts of late, but I never took the time to look at first. Now that I've actually Having now read your stuff I must say that it is very, very good and I hope this continues into the future. Sometimes, it helps me get through a hard day since I like to read stuff I am interested in to chill out. Your writing helps me to do precisely that. I am very grateful for that, for sure. If you don't mind me asking, how long have you been writing for? I'm only enquiring due to the fact that I am really considering doing this myself. Naturally, if you don't care to let me know, I understand, and I wish you the best of luck with your pursuits nonetheless. This place is no 1!

5. kate 17/03/2012

Bonjour,
je trouve votre site très intéressant!!
J'ai prévu de déferrer mon cheval en fin avril et j'aurais voulu savoir si qqun pourrai me dire quels produits/soins est-ce qu'il faut /donner/utiliser une fois qu'on à enlevé les fers pour que tout se passe au mieux ?

6. Constance 22/08/2011

Je pense surtout que la conclusion les chevaux ferrés boitent est une coincidence dans beaucoup de cas car les chevaux ferrés sont ceux qui travaillent beaucoup donc les articulations et autres se fatiguent plus vite et aussi beaucoup de chevaux qui travaillent beaucoup sont en box donc beaucoup de problème de circulation ou autre développés avec ça.
Et moi mon poney n'était pas ferré avant et il se jetait dans les fossés si le sol était dur, il était raide boiteux. Depuis, à part quand il est deferré il n'a jamais boité. Je fais de la compétition d'endurance et la torture comme tu dis serait d'y aller sans fer pour mon poney.
Je pense que tes propos sont exagérés car si le cheval est moins sensible c'est que ça le soulage après on sait que ça fait plus de choc dans les tendons mais moi ça le soulage plus que ça ne le torture

7. laura (site web) 17/04/2011

commen fair alor pour entretenir le pied de mon cheval car il existe des faire en plastic doux et avec des punais e

8. laura (site web) 17/04/2011

je compren po mon ceval il boite sans fer et son pied s arrache car je fais bcp de balade

9. Alain Lambert Québec Canada 05/12/2010

J'ai deux chevaux Canadien que j'utilise régulièrement sur la ferme
Jamais ils ont été ferrer
Leur corne est très résistante,même sur une surface glissante ils trouvent toujours le moyen de bien s'aggripé
L'hiver a chaque jour je fais des travaux forestiers.
Ils n'ont jamais eu de problème aux sabots

10. Caroline 29/09/2010

Bonjour¨!
j'ai une jument de trait comtoise.. super bien dans sa tête... j'ai sur elle un demi ferrage: Devant ferrer à cause qu'elle a des semmes et que je fais de l'attelage de temps en temps avec (rando saut et un peu attelage) et derrière parage naturel.Avant elle était ferrée partout et elle trébuchait tout le temps, ces allures étaient moins belles.. depuis que j'ai le demi ferrage tout est tip top..

je trouve que + que le ferrage, c'est ces chevaux enfermé dans les box tout les jours, beau comme mauvai qu'il faudrait abolir.. Ma jument à 15 hectars et ils sont 10 chevaux.... Des abris pour la nuit? Oui bien sur mais ils y vont seulement en temps extrème.. le reste du temps ils préfèrent rester sous la pluie emsemble!!!"Je la travaille 4 fois par semaine, et franchement c'est pas parce que c'es un cheval de trait, ou parce que c'est mon cheval, mais elle est top, du punch, jamais malade, volontaire, magnifique....
Bonne journée!

11. MAIGNAN 11/06/2010

Bonjour,
je viens de récupérer une petite jument PS , avec un suros au genou qui lui don un mauvais alignement du pied. Elle était ferrée des antérieurs avec des double pinçons. Donc, je l'ai déferrée, cela fait environ 1 mois, et aujourd'hui , impossible de la montée , et surtout de trotter, alors qu'avec le ferrage trot et galop sans problème...
Elle semble sensible de la fourchette, très souple, et la corne est tendre , elle s'use vite et semblerait laisser la fouchette proéminante. Elle marche sur des oeufs, elle évolue sur une prairie un peu bosselée, sur le chemin bitumeux , bizzarre réaction plus mitigée, on arrive à trotter.
Dois je la referrer ???
Que faire , elle est adorable , et je voudrais bien refaire de la ballade ..
Merci de répondre ...
mon mail: chevaliertemplier@hotmail.fr
merci pour vos avis

cordialement

12. Sylvie 29/12/2009

Il n'y a pas vraiment de solution pour éviter de glisser en hiver mais le fait de ne pas avoir de fer permet déjà de moins glisser.
Personnellement, si il fait glissant, je ne sort pas ma jument en balade, je trouve cela bien trop dangereux surtout depuis que des accidents malencontreux se sont produits à mon centre équestre (une petit jument prometteuse est morte parce qu'elle a glissé dans l'allée et s'est violemment cognée la tête au sol)
Je suis vraiment désolé de ne pouvoir vous aider sur se sujet mais peut-être existe-t-il des chaussures anti-dérapantes avec ce qu'ils font maintenant cela ne m'étonnerais pas.

13. Josée Boileau 29/12/2009

Bonjour
Je pratique le parage naturel sur mes chevaux depuis plus de 2 ans, je suis très satisfaite. Mes j'ai une jeune pouliche à l'entraînement (3 à 4 fois par semaine), elle use ses sabots égal et cour, donc je n'ai pas grand chose à toucher et pas grand jeu.
J'aimerais savoir comment faire lors du trimage, afin que je puisse aller en randonner en hivers sans problème, afin d'éviter que nous glissions.

Josée Boileau

14. Lucie (site web) 03/09/2009

Je suis a 100 pour cent d'accord le fer, n'a aucun avantage pour le cheval a c'est sur pour le cavalier c'est pratique ça permet de cacher certains problemes, rendre son cheval insensible,...

Pour ma part j'ai deux poneys qui n'ont jamais été touché par le fer, et j'ai fait un stage chez pierre enoff pour comprendre encore mieux leur fonctionnement et pouvoir assurer moi meme le parage d'entretien de mes poneys.

15. Mélanie 13/05/2009

Je suis daccord que certain probleme vienne du ferrage mais il ne faut pas tout mettre dessu car un cheval sans fer a la corne cassante,on ne peut pas allé sur le beton .
Si c est juste pour la balade Ok le fer n est pas utile mais pour l attelage et (le saut dans certain cas ) il est indispensable d avoir des fer...

16. sylvie (admin) 08/02/2009

elea, je suis tout à fait d'accord avec vous , je ne rejete pas toute la faute sur le ferrage mais énormément de boiterie proviennent de là ... cepandent je ne suis pas contre a 100% j'ai du mettre des fers orthopédique a ma jument qu'il est boiteuse depuis peut ( a cause d'un vétérinaire qui pensait qu'elle était en fourbure et qui l'a mise au régime, perte de poid trop rapide ce qui a provoqué une boiterie du au frottement de la rotule) et depuis elle est très bien dans ses jambes. beaucoup de cavaliers ne se rende meme pas compte non plus que leur cheval boite et les font travailler comme si de rien était... pour ma part dès que je sents le moindre changement dans ses allure , dans son comportement ou simplement dans son regard(on voit tout de suit a le tete de ma jument quand ca ne va pas) je la laisse au repos et si ca ne s'arrange pas , le véto, je prefere l'appeller pour rien que risquer de passer a coté de la moindre chose qui ne va pas

17. elea 08/02/2009

Bonjour, je viens de tomber sur votre site et de découvrir cet article sur les méfaits des fers. Je voudrais réagir su le paragraphe où vous parlez de chevaux qui se mettent à boiter et qui sont finalement arrêtés ou abattus. En effet je pense que toutes les boiteries et problèmes de santé des chevaux sont les conséquences de ce que nous, humains leur infligeont. Cependant, je ne pense pas qu'on puisse remettre celà uniquement sur le ferrage. Selon moi, c'est plutot a cause de la façon dont les gens font travailler leurs chevaux, en partant des amateurs jusqu'aux professionnels. J'ai pu constater que les problèmes de santé et les boiteries découlent souvent des contraintes physqiues que beaucoup leur infligent lorsqu'ils les travaillent, que ce soit en dressage, cso, longe..en effet la plupart des gens font "forcer" les chevaux, ne prennent pas en compte la mécanique naturelle du chevaux, les contrarie. Au début, dans certains cas les gens ne le voient pas et ne se remettent pas en question, car leurs chevaux encaissent en silence et ne se "rebellent" pas...les gens croient que les chevaux progressent..ect et hop..un beau jour..voici le contrecoup de tout ce qu'il font: parotides, gonflées, fractures, poteaux et j'en passe...On met ça sur le compte de la santé fragile de l'animal, on essaie, on le "shoote" avec des medocs super forts..puis quand ça va pas, on se decide a changer et on refait...J'ai pu observer celà des centaines de fois...Bref tout ça pour dire qu'on ne peut pas parler seulement de boiteries et autres soucis seulement à cause du ferrage...Cepandant cet article est très intéressant.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site